La route est d'emblée assez difficile. Le haut Atlas vient ici s'échouer dans l'océan en réservant de sérieuses bosses. On commence à maudire nos sacoches trop lourdes et à rêver d'une bonne assistance électrique d'autant que là encore on s'éloigne de la fraîcheur océanique et le thermomètre commence à grimper sérieusement.

20191004_14054320191004_090647

On entre aussi dans la région de l'arganier. Cet arbre qui ne pousse qu'ici produit un fruit à noyau dont on extrait l'huile d'argan aux multiples vertues. Donc ça se vend bien et fait vivre toute la région.

20191004_09294520191004_09442820191004_143327

 


Jadis une variété de biquettes montaient dans ces arbres pour brouter les feuilles et les fruits. Dans leurs excréments on récupérait les noyaux. Aujourd'hui la ceuillette est plus industrialisée mais on peut encore apercevoir des petits troupeaux qui en quelque sorte perpétuent la tradition !

C'est aussi à partir d'ici que l'on peut rencontrer quelques chiens hargneux qui n'apprécient pas beaucoup les vélos. Une cravache est le meilleur moyen pour les éloigner. On en verra d'autres notamment au Sahara occidental.

chiens